Le copywriting envoyé par e-mail

Quand on blogue, on est bien conscient qu’un bon copywriting peut faire réellement toute la différence. Que ce soit pour avoir ses premiers inscrits ou vendre ses premiers produits d’informations, on à besoin de progresser. Seulement améliorer son copywriting, ce n’est pas seulement rédiger des pages de vente à rallonge ou des articles de 2000 mots. Non. Il y a un copywriting que l’on oublie et néglige trop souvent : Le copywriting envoyé par e-mail, celui qui arrive directement dans la boîte aux lettres électronique de nos chers abonnés.

 

Le copywriting peut faire peur

 

En tout cas ça était mon cas pendant longtemps.

Se dire que nos résultats quand on veut vendre des produits d’informations ou nos services quand on n’est tout seul derrière son écran d’ordinateur et que l’on a besoin de ses résultats pour payer nos factures, dépendent des mots que l’on peut poser dans un e-mail ou une page WordPress, clairement ça pousse à la procrastination.

 

Pourquoi ? En copywriting le diable est souvent dans les détails. Et tu le sais certainement si toi aussi tu t’intéresses au copywriting que, le choix d’un mot peut faire que ton client sorte sa carte bleue ou te contacte pour faire appelle à tes services.

Quand on prend conscience de ça, on a souvent envie de faire quelque chose de parfait. Une page de vente méga longue avec tous pleins de principes de persuasion à utiliser dans les différentes parties de l’argumentaire de vente. Et ça ? C’est le truc qui éveille en nous le perfectionnisme, le plus grand pote de la procrastination.

 

Si on ne fait pas attention à ça, on ne s’y met jamais vraiment et on stagne. On ne passe pas à l’action. Comme quand tu es au bout du plongeoir de 4 mètres à la piscine un mercredi après-midi et qu’une foule de personnes fait la queue en bas de l’échelle, certains commencent même à monter et toi tu es tout seul sur le plongeoir. Faire demi-tour ? Pas possible il y a des gens qui montent. Et puis, je vais me taper la honte, j’ai vu des gosses de 10 ans le faire. Le seul truc qui te reste à faire à ce moment-là c’est de passer à l’action. Sauter.

 

Pour ce qui concerne ton copywriting ? La même. Il vaut mieux te jeter à l’eau qui te à te faire un plat qu’à ne pas sauter du tout. Au moins la prochaine fois, tu sauras qu’il vaut mieux faire la bouteille pour ne pas te prendre une claque sur le cul. Toujours mieux d’écrire une page de vente imparfaite que de ne pas en avoir du tout. Sachant qu’après tu peux y apporter les modifications nécessaires et observer les résultats.

Tout est imparfait dans la vie. C’est l’accumulation de truc imparfait qui donne un résultat parfait. Certainement le même principe que moins et moins font plus, va savoir.

 

 

Comment progresser à dose thérapeutique ?

 

Une méthode diablement efficace lorsque j’ai commencé à me mettre chaque jour à écrire, et par la même occasion à progresser, a été de m’y prendre petit à petit.

Quand tu as un blog et que tu cherches à te faire connaître, un des systèmes les plus efficaces pour prouver tes connaissances et tisser une bonne relation avec tes abonnés, c’est d’écrire des e-mails.

 

Trop souvent, on oublie qu’un article de blog sert avant tout à générer du trafic gratuitement (des visiteurs) sur notre blog. Je vois encore trop de blogueurs et surtout de blogueuses, n’utiliser l’e-mail que pour dire à leurs abonnés qu’un nouvel article est sur leur blog (comme s’ils n’étaient pas assez grands pour s’en rendre compte par eux-mêmes) ou parler de la promo qu’ils font pendant trois jours.

 

 

Pourquoi ne pas s’exercer au copywriting à travers des contenus très court et rapide à lire en rapport avec ta thématique mais que tu partages exclusivement par e-mail à tes abonnés ?

 

 

Une idée est par exemple de t’exercer à un aspect précis de persuasion ou de copywriting que tu testes sur un court contenu. C’est rapide et agréable, tant pour toi que pour tes lecteurs. Dans un instant, nous allons voir comment t’y prendre en détail mais aussi à quelle fréquence écrire à tes abonnés.

 

 

Le copywriting peut créer la plus belle des relations avec tes abonnés

 

C’est vrai.

Au-delà de vendre un produit ou un service, le copywriting sert aussi à convaincre le lecteur, le rassurer, éclaircir ses doutes. Un des avantages que je préfère dans le copywriting envoyé par e-mail est que grâce au format court du courrier électronique, il te suffit de traiter une objection par e-mail. Pas besoin de plus.

Ton lecteur ne se trouve pas assailli par une foule d’informations qu’il ne prendra pas trop le temps de traiter et finalement fermera ton e-mail. Tu peux tout à fait lever une objection dans un e-mail, encouragé dans un autre, inspirer ou encore détailler un argument sur l’une de tes offres. Le tout en créant une relation de confiance avec tes abonnés.

 

Le format e-mail est très personnel. Contrairement à l’article de blog, l’e-mail est envoyé à ton abonné et même si tu ne l’as pas personnalisé avec le prénom de ton abonné, c’est un texte qui contient une adresse d’expéditeur et une autre pour le destinataire. C’est un format de conversation entre toi et ton abonné.

 

J’aime cette phrase de Stephen King tirée de son livre « Écriture » : « L’histoire commence dans la tête de l’écrivain pour se terminer dans la tête du lecteur. »

 

Tu n’es peut-être pas un écrivain mais l’idée reste là même. Le message de ton e-mail est un échange entre toi et ton lecteur. Et ce lecteur reçoit ton texte dans sa boîte aux lettres personnelle. Comme si tu lui écrivais personnellement. À lui et uniquement à lui.

Ce qui va créer un impact psychologique autre que l’article de blog qui est disponible de manière publique sur un site web en ligne accessible à tous.

 

 

Comment utiliser le copywriting dans tes e-mails ?

 

Concrètement, tu peux te demander comment faire.

L’avantage principal de l’e-mail est son format. Le texte c’est simple. Certainement qu’au début, rédiger un e-mail pourra te paraître difficile, mais à force d’écrire le plus régulièrement possible, tu verras que ça deviendra facile et ce ne sont pas les idées qui manqueront.

Comme nous l’avons vu dans le paragraphe précédant, un e-mail doit être court. Il n’y a pas de longueur particulière si ce n’est que l’essentiel doit être dit. Ton e-mail pourra comporter de 100 à 500 mots.

 


Un e-mail c’est :

1 pensée ou 1 idée mise en valeur dans un texte divertissant.


 

 

Un e-mail développe donc une pensée. C’est tout. Il n’est donc pas nécessaire d’en développer toute une flopée. Au contraire, si tu as plusieurs idées, garde-les pour d’autres e-mails.

 

 

Voici comment tu vas construire ton e-mail :

 

Démarre avec une histoire qui n’a peut-être rien à voir avec ta thématique comme :

  • Une anecdote personnelle
  • Une question d’abonné
  • Un retour client
  • Une expérience qui t’a marquée dans la journée
  • Une comparaison avec un film
  • Etc.

 

Ce ne sont pas les idées qui manquent. Si tu veux voir comment tu peux t’y prendre précisément, je te conseille de t’inscrire à ma liste de contacts personnels. Je partage un rapide conseil en webmarketing pour ceux qui bloguent, chaque jour du lundi au vendredi minimum. C’est une master classe en temps réel. Il te suffit de cliquer juste ici pour rejoindre cette master classe.

 

Une fois ton introduction divertissante faite ? Relie-la au point que tu veux faire ressortir en rapport avec ta thématique. Le fait d’écrire de cette manière va te permettre de créer une vraie relation avec tes abonnés. Aujourd’hui les blogueurs ou blogueuses écrivent (généralement) à leurs abonnés que pour les prévenir d’un nouveau contenu sur leur blog ou chaîne youtube, ou encore lorsqu’ils font une promotion sur un de leur produit.

Le reste du temps ? Rien.

Je suis abonné à beaucoup de blogueurs et j’analyse depuis un peu plus de 1 an, tous les e-mails que je reçois. Mis à part 2 blogueurs qui écrivent des e-mails réguliers qui ont une valeur bien supérieure encore que leurs articles de blog (ce qui me conforte dans le choix que j’ai fait de m’inscrire à leurs listes), les autres m’écrivent UNIQUEMENT quand ils ont un intérêt derrière. Il n’y a aucune relation qui se crée. Et ce n’est pas tout.

 

Le pire est que la plupart pensent que créer une courte séquence automatique d’une dizaine ou 20 jours dans laquelle il cherche à tout prix à coups de promotion agressive, à convertir le plus rapidement possible les abonnés en clients.

 

 

Pour construire une bonne relation avec ces abonnés grâce au copywriting envoyé par e-mail, on va se baser sur 2 piliers : la persuasion et la fréquence.

 

Nous venons de voir comment utiliser le copywriting dans les e-mails. Une pensée seulement par e-mail et tes arguments diluée au compte-gouttes permettra de convaincre petit à petit tes bons prospects qui sont prêts à acheter chez toi. Ils ne seront pas rebutés à lire ta page de vente de 15 000 mots. Ici c’est comme si tu découpais ta page de vente en petits morceaux beaucoup plus digestes, et que tu distribuais ces morceaux un à un. E-mail par e-mail. Pour le reste c’est une question de fréquence.

 

 

À quelle fréquence écrire à ses abonnés ?

 

Voilà une question à 100 dollars.

Pense un instant aux relations entre une jeune femme et un jeune homme. Ils sont tombés amoureux l’un de l’autre mais ils ont 16 ans et vivent encore chez leurs parents. Leurs seuls moyens de communication sont le téléphone en dehors des heures de cours.

Ils sont dans le même lycée mais leurs parents ne les laissent pas se voir pendant la semaine. Seulement le week-end. La semaine leur semble interminable. Autant te dire que leur smartphone chauffe et plus que jamais.

À ton avis, pour apprendre à se connaître et tisser une relation de plus en plus forte, est-ce que tu les imagines un instant ne pas s’envoyer un texto ou s’appeler une seule fois de la semaine ?

Évidemment que non

 

Je te raconte cette petite histoire (qui te rappelle peut-être des souvenirs d’enfance ^^), pour te prouver l’évidence même de contacter ces abonnés le plus souvent. Quand je te dis le plus souvent, ce n’est pas pour leur envoyer des messages sans intérêt. Au contraire, je te parle d’envoyer des messages qui vont aider à tisser une bonne relation et faire naître des liens forts entre toi et tes abonnés.

Ne fais pas l’erreur comme 99 % des blogueurs et blogueuses d’écrire à leurs abonnés pour les alerter d’un nouvel article en ligne ou de la sortie de leurs nouvelles vidéos. Tes abonnés connaissent l’adresse de ton site web et sont assez grands pour aller y consulter ton contenu. De plus ce genre de contenus est public et beaucoup moins personnel et intime comme peut l’être l’e-mail.

 

Reprenons l’exemple de nos deux tourtereaux. Tu les imagines plus communiquer par message privé intime ou bien par message public sur leurs murs Facebook ? Le format le plus intime est le plus approprié car on parle de relation entre 2 personnes. Comme toi avec chacun de tes abonnés.

 

 

L’e-mail envoyé à tes abonnés est le cœur de ton business de blogueur. En tout cas, je le perçois comme ça.

 

 

Un abonné devient client quand il à confiance en toi, et la fréquence à laquelle tu lui partages des messages plus personnels que ton contenu public, sera décisive pour ton nombre de vente. Je considère le contenu e-mail différents de mes articles.

Les articles sont là pour générer du trafic. Ensuite une fois que le visiteur me fait confiance en me laissant ces coordonnées, il est évident qu’il s’attend à recevoir des informations plus précises et de valeurs. Sinon il n’a pas grand intérêt à me laisser son adresse e-mail. Les e-mails envoyés à tes abonnés sont là pour tisser une relation de confiance. Ensuite tes produits d’informations seront là pour les accompagner à atteindre un objectif ou résoudre un problème.

 

On observe donc 3 niveaux de progression dans le parcours de conversion (Visiteur > Prospect (Abonné) > Client). L’e-mail étant l’élément central permettant cette conversion si précieuse pour ton activité en ligne.

 

 

Vas-tu écrire tous les 36 du mois ?

 

Bien sûr que non.

Je te recommande le plus souvent possible. Le format e-mail étant un format court par définition, il est facile à consommer pour ton abonné. S’il est suffisamment intéressé par ta thématique, il ne sera pas agacé parce qu’il reçoit un message par jour de ta part. Si c’est le cas, c’est que ce n’est pas un bon abonné qui à peu de chance de devenir client chez toi. Ce serait dommage de payer un abonnement d’autorépondeur plus cher pour ce genre de personnes.

 

Je te recommande d’écrire au moins un e-mail par jour, du lundi au vendredi pour commencer.

 

Tes abonnés vont te considérer plus comme un expert dans ta thématique qu’un amateur car ils verront que tu as toujours quelque chose d’intéressant à dire. Mais ce n’est pas tout.

Ils verront aussi ton nom apparaître chaque jour dans leurs boîtes aux lettres électroniques. Ils penseront donc à toi chaque jour. Ce n’est pas ce que tu recherches à faire finalement ? Le jour où ils seront prêts à acheter un produit en rapport avec ta thématique, chez qui ils penseront à acheter en priorité ? Chez toi.

 

L’e-mail est simple et rapide à créer. Beaucoup plus qu’un article ou une vidéo. Avec l’habitude, tu te rendras compte qu’écrire un e-mail ne te prendra pas plus de 5 minutes par jour. Peut-être 10 le temps du copier-coller dans ton autorépondeur et de corriger les fautes.

 

 

La simplicité est le maître mot

 

En farfouillant dans mes cahiers de copywriting, j’ai retrouvé une newsletter du grand copywriter Gary Halbert dans laquelle il expliquait que le plus efficace en copywriting est le texte noir sur fond blanc ou au pire jaune très clair. C’est tout.

Reste donc très simple dans tes e-mails. Oublis les photos si ça n’apporte rien de concrets à l’idée que tu partages. Texte noir sur fond blanc. La fantaisie n’apporte rien au copywriting. Stephen King n’a pas eu besoin de se mettre au dessin pour faire peur à ses lecteurs. La force des mots suffit. Pour toi qui veut travailler ton copywriting, bosser exclusivement au format texte te fera assurément progresser et te permettra de voir si oui ou non ton copywriting convertit et fait des ventes.

 

Autre point avant de terminer : Ton e-mail ne vend pas mais partage une pensée rapide dans laquelle tu expliques quelque chose à faire ou ne pas faire. La vente se fait sur ta page de vente. Insère ton lien de page de vente en bas de tes e-mails.

Tes abonnés seront ravis de te lire chaque jour car ils passeront un bon moment en moins d’une minute à te lire. Écrire tous les jours en utilisant des techniques de copywriting différentes chaque jour te fera progresser. Rapidement tu t’apercevras qu’en très peu de temps, ton texte et tes arguments sortent tout seul. Un mot après l’autre. Comme par instinct.

 

L’instinct d’un copywriter en herbe !

 

J’espère que cet article t’aura été utile. Je suis conscient qu’au début ça peut faire peur et on ne sait pas trop comment s’y prendre pour écrire chaque jour.

 

Voici ce que je te propose : Derrière ce lien tu as un formulaire d’inscription pour rejoindre ma liste de contacts privés qui est une MASTERCLASS™. J’écris chaque jour (minimum du lundi au vendredi) et tu verras comment je m’y prends pour avoir des idées à l’infini. Tu deviendras à ton tour une machine à idée avec le copywriting envoyé par e-mail.

 

À tout de suite !

 

Julien Godart

Comment créer un blog pour devenir copywriter

Commencer à gagner quelques euros parce qu’on tape des mots sur notre clavier peut faire rêver tous les amoureux de persuasion et d’écriture. Pour se faire connaître, un des meilleurs moyens est d’utiliser le web. Voyons donc dans cet article comment créer un blog pour devenir copywriter et commencé à exprimer son talent !

 

La technique du caméléon

 

Une des meilleures techniques de vente utilisée par nombre d’entrepreneurs à succès, est d’utiliser la méthode de la démonstration.

 

Démontrer de quoi l’on est capable sera toujours très efficace car ça apporte crédibilité. On prouve par la démonstration que nous sommes capables de faire ce que nous expliquons puisque nous sommes en train de le faire quand nous l’expliquons.

Bon OK, ça paraît difficile à suivre. Je vais donc sortir de ma boîte à outils de copywriter, mon traditionnel exemple :

Anaïs veut partager ses connaissances en cuisine à travers des vidéos publiées sur Youtube et sur son blog. Quoi de plus efficace pour apprendre à réaliser une excellente tarte aux pommes que de regarder Anaïs en train d’en réaliser une ?

Tu as compris l’astuce.

 

Le fait qu’Anaïs montre comment réaliser une tarte aux pommes à ceux qui veulent apprendre à la faire est un excellent moyen de prouver ses compétences. C’est la technique de la démonstration.

 

Pourquoi est-ce aussi efficace ?

 

Tout simplement parce que l’on se met un instant dans les baskets de nos futurs clients.

Un client en quête d’un bon copywriting ou rédacteur web ? Il va d’abord chercher sur internet (là où l’on trouve tout ce que l’on veut) afin d’apprendre à rédiger lui-même. Lorsqu’il s’apercevra que c’est un peu difficile et qu’il n’a pas le temps de développer ces compétences, il demandera à une personne qui semble avoir les compétences et du temps à vendre.

Où trouver cette personne pour ton client ? Of Course ! Sur un site qui lui a Taper dans l’œil. Un site sur lequel les mots ont impacté son esprit et son cœur. Un petit clique sur l’onglet « Me contacter » ou noter les coordonnées de la personne visible en pied de page et hop. Une demande par e-mail.

 

De quoi parler sur un blog de copywriter ?

 

De copywriting.

Tes futurs clients sont des personnes qui, dans un premier temps, vont chercher à apprendre le copywriting pour l’utiliser pour leur projet. Certains tomberont amoureux de l’écriture persuasive (comme nous) mais d’autres feront le choix de rester dans ce qu’ils savent le mieux faire, et faire travailler quelqu’un de plus compétent pour cette tâche qui peut s’avérer technique et complexe pour les non-initiés.

 

Pour devenir copywriter, tu n’auras qu’à parler de ce que tu découvres et apprends en copywriting.

 

Tu apprends une nouvelle facette de la psychologie humaine ? C’est le moment de partager ta trouvaille sur ton blog en expliquant en quoi elle peut être bénéfique en copywriting.

Tu découvres une vielle lettre de vente dans un vieux magasine des années soixante-dix ? Pourquoi ne pas prendre une photo de cette page de vente ancienne et la partager en expliquant dans un article en quoi elle est efficace.

 

Ce qui est génial avec cette astuce de créer un blog pour devenir copywriter ?

 

Tu pourras toujours enseigner des personnes moins avancées que toi. Ce n’est pas nécessaire d’attendre de connaître tous les grands ouvrages de copywriting Américains. On ne connaît jamais un sujet parfaitement à 100 %. On en apprend toujours. Pourquoi donc ne pas partager ce que tu apprends au fur et à mesure ?

Ainsi, tu prouves tes connaissances et tu t’exerces à écrire régulièrement.

 

L’ÉNORME AVANTAGE de créer un blog pour devenir copywriter

 

Écrire régulièrement.

Au début, le syndrome de la page blanche hante tout le monde, rassure-toi. Écrire tout seul dans son coin des résumés de techniques que tu découvres dans des livres achetés sur le kindle ça va 5 minutes.

 

Que dirais-tu de t’exercer à écrire, apprendre et qu’en même temps des futurs clients apprennent à te connaître ?

C’est exactement ce que t’apporte le faîte de te créer un blog et d’y partager petit à petit tout ce que tu apprends sur le sujet.

 

Tu apprends. Tu t’exerces. Tu te crées une audience et tu démontres ce que tu avances et, avec le temps, tu obtiens de la crédibilité.

 

Comment créer un blog pour devenir copywriter ?

 

Techniquement ?

Très simple même si au début ça peut paraître obscur.

La première chose à faire est de choisir un hébergement Français qui te permettra de stocker ton site web. En ce qui me concerne j’utilise celui-ci:




Il me permet d’héberger un nombre illimité de sites internet pour le même prix. À ton inscription il t’offre un nom de domaine (le mien est : devenircopywriter.fr)

 

Une fois que c’est fait ? Depuis ton tableau de bord de l’hébergement, tu peux installer en 1 clic un module qui s’appelle WordPress. C’est gratuit. C’est ce que je fais pour mon site web. C’est pro et facile et ça ne demande pas de technique.

 

Une fois WordPress installé, j’installe un thème gratuit qui est complet et parfaitement adapté aux blogueurs copywriters. J’en connais 2 créé par l’entreprise « ThemeHaus ». Ils sont libres de téléchargement depuis leur site web juste ici. Il y en à un qui s’appelle « Write » et l’autre « First ».

 

Quelques réglages de photos (je ne te conseille pas de passer plus de 10 minutes là-dessus), c’est parti tu peux commencer la rédaction de ton premier article. Le premier article de devenircopywriter.fr, j’expliquais comment j’avais procédé et dans quel état d’esprit je me trouvais. Tu peux le lire juste ici.

 

 

Tu n’y connais rien mais vraiment rien du tout en technique ?

 

Pas de souci. Sur blogfacile.fr, tu peux accéder à tous les tutoriels gratuits dont tu as besoin pour créer facilement un blog avec wordpress et exclusivement avec des outils Français. Je suis sûr que tu n’auras pas besoin d’autre chose.

Maintenant que la partie technique est réglée, passons au plus important pour ton blog de copywriter :

 

Comment avoir ses premiers visiteurs ?

 

Qui dit sur internet ne dit pas forcément des milliers de lecteurs.

C’est le paradoxe d’internet. Techniquement, oui tu es accessible pour des milliards de personnes. Concrètement, tu es visible pour… Personne. Des centaines de milliers de sites web se créent chaque jour, et ton petit blog wordpress et une goutte d’eau dans l’Océan Indien (je dis ça parce que je t’écris ces quelques lignes depuis l’Île de La Réunion^^). Avant que les petits robots visitent tes contenus et commencent à te référencer, il peut se passer plusieurs semaines.

 

Ce qui peut accélérer ta visibilité ?

Que des personnes visitent tes premiers contenus. Pourquoi ne pas écrire à tous tes contacts et partager ton projet web auprès de tes amis sur les réseaux sociaux ? Tu y mets le lien de ton article et certains cliqueront pour aller le consulter. Travaille bien tes titres pour que ça donne envie de consulter ton article.

Ensuite ? Le temps passe vite et Google commencera à référencer ton site web. L’avantage d’une thématique de blog sur le copywriting en France ? La concurrence est faible. Tu pourras rapidement être visible sur des sujets d’articles de copywriting bien ciblés. Tu peux utiliser les suggestions de Google disponible en bas de chaque page de recherche.

 

Devenir un copywriter pas comme les autres

 

Tu peux faire le choix de devenir un copywriter spécialisé dans une thématique.

 

Si tu es passionnée dans le sport et que tu connais bien cet univers, pourquoi pas faire fusionner tes deux passions ? Le copywriting et le sport ? Tu deviendrais un copywriter Français spécialisé dans l’univers du sport. Une entreprise qui chercherait un rédacteur publicitaire pour faire la promotion d’un nouveau produit ou alors pour rédiger des articles travaillés pour animer le blog de l’entreprise demanderait en toute logique à un copywriter spécialisé en sport. Et surtout passionné.

En écrivant ces quelques lignes, je pense à une copywritrice américaine (Carline Cole) qui, sur son site web carlinecole.com montre bien qu’elle est spécialisée en copywriting dans l’univers médical.

Prends un instant pour réfléchir à quel univers tu pourrais te spécialiser.

 

Est-ce que je parle tarif depuis mon blog de copywriter ?

 

Comme tu le sens.

Tu peux te créer une page « Travailler avec moi » disponible en pied de page, dans laquelle tu vendras tes services (voilà un autre exemple de la vente par démonstration). Soit tu peux annoncer les tarifs ou alors dire que tu vas étudier l’offre et faire une proposition personnalisée.

 

Il y a aussi la technique simple comme celle que j’utilise où je mets mes coordonnées en pied de page de mon site. C’est à toi de voir.

 

Les tarifs en copywriting ? Généralement un copywriter débutant peut demander 500 € pour une page de vente, 50 € pour un e-mail. Après tu peux faire une offre pour acquérir de l’expérience et des témoignages en échangeant une prestation contre un témoignage sur ton blog. C’est une idée.

Avec le temps, tu prendras de l’assurance et ton niveau de copywriting s’améliorera. Tu pourras alors petit à petit augmenter tes tarifs et changer tes conditions.

 

En résumé :

 

Pour te créer facilement ton blog pour devenir copywriter et trouver tes premiers clients, tu as besoin de :

 

  • Une niche (savoir si tu deviens un copywriter spécialisé dans un domaine précis)
  • Créer un blog facilement avec des outils Français (tu trouves de bons tutos sur blogfacile.fr)
  • Te créer une ligne éditoriale (Fréquence de parution, 1 article par semaine par exemple)
  • Utiliser la méthode de vente par démonstration
  • Partager tes découvertes et tes connaissances dans chaque article

 

Et voilà, tu sais maintenant comment créer un blog pour devenir copywriter, et en toute simplicité.

 

Pour aller plus loin et commencer à découvrir de nouvelles techniques de copywriting chaque jour et échanger entre copywriters, tu peux consulter cette page où je t’y ais réserver une petite surprise.

 

Bon copywriting à toi !

 

Julien Godart

Devenir copywriter quand on est nul en Français (Technique facile)

Quand j’ai voulu devenir copywriter, c’est le premier truc qui est venu gâcher mon délire.

Pourtant j’adore lire et écrire, et ce depuis tout petit. Même enfant, je reliais des feuilles entre elle et j’écrivais. Ensuite je le donnais à ma mère en lui expliquant que j’avais écrit mon premier livre. Quand j’y repense…

La dernière fois, chez ma mère justement, je suis retombé sur ce petit livre. De 6 pages…

Le souci ?

En Français je suis ce que l’on pourrait dire « bidon ».

Les « à » avec les « a ». Les « é » avec les « és ». Et j’en passe.

 

À l’époque je ne connaissais pas le copywriting. Je rêvais simplement qu’un jour je pourrais écrire un livre et le publier. C’était bien avant l’ère d’internet.

Je pensais qu’écrire un livre signifiait écrire un roman. Une histoire.

Jusqu’au jour où j’ai découvert le copywriting.

 

 

Devenir copywriter ce n’est pas… Devenir écrivain

Et encore devenir un « Victor Hugo ».

Oui tu peux devenir auteur facilement avec Amazon et son programme KDP qui te permet de publier un écrit en seulement quelques minutes.

Si a aujourd’hui tu te sens nul en français mais que tu aimes lire et écrire, le copywriting peut te permettre d’effectuer la transition.

Il peut te permettre de commencer à écrire sans te prendre la tête. Comme ça vient.

Un peu comme le blogging finalement.

Écrire comme tu parles.

C’est une des meilleures astuces du copywriting hypnotique d’ailleurs.

Rédiger un texte comme une discussion entre toi et le lecteur.

 

L’objectif du rédacteur publicitaire, est tout simplement de jouer avec les mots pour créer une émotion chez le lecteur. Une émotion qui saura pousser le lecteur à faire une certaine action.

 

D’où le principe de ne pas chercher à faire compliquer. Au contraire.

Le plus simple et aller à l’essentiel sera toujours plus efficace que le surfais.

 

 

La différence entre un copywriter et un écrivain dit classique ?

Du type écrivain de roman, de nouvelles, d’essais ?

Très souvent le copywriter qui va écrire un livre et donc devenir auteur par la même occasion, n’écrira pas de livre de fictions.

Il écrira des livres de non-fiction, explicatifs ou des manuels.

 

C’est quelque chose dont je n’avais pas conscience avant de découvrir l’art de l’écriture persuasive.

Rien ne t’empêche ensuite de devenir écrivain si c’est vraiment ce qui t’attire.

Je ne suis pas en train de te dire que les copywriters sont tout nul en français. Loin de là.

 

Mais si tu aimes écrire, mais que te lancer dans l’écriture d’un roman te fait peur et que tu ne sais pas comment écrire simplement, t’exercer au copywriting t’aidera à franchir le pas.

De plus il te permettra de t’initier à la première compétence la plus utile peu importe ton métier : la vente.

 

En effet,

 

Devenir copywriter c’est devenir un rédacteur publicitaire.

 

Pour faire simple, voici ce qu’est le copywriting :

C’est le discours de vente retranscrit à l’écris.

 

Ce qui est passionnant, c’est que le fait de rechercher l’efficacité dans nos textes, on s’initie petit à petit à la psychologie humaine.

Aux leviers psychologiques, aux boutons mentaux qui font agir le lecteur.

Certains diront que c’est de la manipulation (ce qui peut être le cas avec de mauvaises intentions).

Mais dis-toi que l’influence et la manipulation ne sont pas toujours négatives.

Ce n’est pas le thème de l’article, mais Rassure-toi, on en parlera plus longuement dans un autre article 😉

 

Le truc ?

Certainement que tu es là en train de lire ces quelques lignes et tu cherches à apprendre le copywriting.

Mais tu n’oses pas t’y mettre vraiment parce que dès que tu écris, tu fais des fautes d’orthographe, de conjugaison, de grammaire.

Bref ! La totale !

 

Pire ?

On te le dit.

 

Parfois même, c’est la première chose que l’on te dit avant de te parler de la qualité des arguments que tu avances.

Quand on a passé des heures à écrire un article, oui ça peut te faire craquer.

Rendre chèvre !

 

 

Devenir copywriter, c’est aussi être observateur

Le fait que les gens (la plupart) te font ce genre de remarque tout en premier, te montre quelque chose.

Son attention n’est pas captivée à cause des fautes de français à répétition.

Alors certainement que ton texte aurait besoin d’être amélioré également (Nous ne sommes pas encore des Gary Halbert et compagnie !), mais voilà :

 

Les fautes de français répétitives freinent la compréhension du texte et ainsi perdent ce qu’un copywriter cherche à capturer absolument.

L’attention du lecteur.

J’étais dans le même cas que toi il y a encore quelque temps. D’ailleurs quand je relis des textes que j’ai écrits il y a quelques mois, j’hallucine à quel point il y a plus de fautes que de mots (bon OK, là j’exagère un peu ^^).

Oui on me disait que l’on aimait me lire.

Oui mes pages de vente faisaient leur job.

Mais le français n’y était pas.

 

Ce que j’ai fait ?

Acheté un Bescherelle. Et vite !

 

Mais bon, entre nous, te taper 200 pages de petites lignes avec toutes les possibilités grammaticales, j’ai cru que j’allais devenir fou.

D’ailleurs, je me souviens qu’un satané mal de crâne avait fait son apparition au bout de 2 heures de lecture.

Et c’est là que je suis tombé sur une petite merveille du 21e siècle.

Le correcteur d’orthographe.

Je n’invente rien c’est sûr. Certainement que toi aussi tu as dû déjà utiliser des plateformes comme Reverso.

 

Le souci avec ces solutions ?

On me disait encore que je faisais des fautes.

 

La raison ?

Ces plateformes de correcteur d’orthographe, ne font justement que ça. Les fautes de conjugaison, de grammaire et de syntaxe, elles ne sont purement pas traitées.

Je me suis donc mis à chercher une solution qui prendrait tous ses paramètres en jeu.

Et j’ai trouvé.

 

Son nom ?

 

Le seul remède aux fautes de français. Le connais-tu ?

Obligé. Depuis notre enfance, il a traîné à la maison. Du haut de ces 3 kg.

C’est Robert. Il existe le petit et le grand. Et maintenant le correcteur.

 

Le Robert correcteur.

 

Je tiens à te rassurer maintenant, je n’ai aucun intérêt financier à t’en parler. Je ne suis pas affilié ni rien.

 

Mais je dois te dire une chose :

Depuis que je l’utilise, plus personne ne m’as reparler de ces foutues fautes de français. Ce qui ne m’empêche plus de devenir copywriter et de travailler enfin pour des professionnels.

Et ça quand tu veux vivre essentiellement de ce que tes petits doigts tapent sur ton clavier, c’est tout de même important.

 

Pourquoi je t’en parle ?

Parce que tu as cliqué sur un article qui te donne une technique facile pour ne plus faire de fautes de français.

Et parce qu’aussi toi ce que tu aimerais c’est vivre des textes de vente que tu écris. Devenir copywriter en somme.

Je me devais donc de te partager cet outil qui a changé ma manière de travailler. Je dirais même qu’elle me l’a simplifié.

 

Comment se résume maintenant mon travail de copywriting ?

 

  1. J’ouvre mon logiciel de traitement de texte (travaillant sous Mac, j’utilise « TextEdit », gratuit et tellement simple à utiliser).
  2. Je règle mon texte sur une taille de 18 points et sur la police « Time New Roman » (elle ne fait pas mal aux yeux et tout aussi efficace sur le web que sur le papier).
  3. Je rédige mon texte comme ça vient en écrivant comme je parle (le principe d’écrire vite et d’éditer lentement).
  4. Une fois terminé ? Je clique sur le petit logo du Robert Correcteur et ensuite sur l’option « corriger à partir du curseur ».

 

Et là Robert se met au boulot en ouvrant une nouvelle petite fenêtre sur mon texte. Il passe tout à la loupe.

Orthographe. Grammaire. Conjugaison. Syntaxe. Je peux même ajouter un mot qu’il ne connaît pas au dictionnaire.

Tu peux voir tout ça en vidéo juste ici.

 

Avant quand je faisais copier/coller mon texte sur Reverso, ça prenait du temps et on ne pouvait pas vraiment parler de texte corrigé.

Maintenant c’est bon.

 

Le prix de cette merveille ?

Compte 100 € mais c’est toujours mieux de vérifier sur leur site voir si c’est toujours à jour.

Au pire, teste-le, tu as 30 jours d’essai.

 

Une fois que tu l’as essayé ?

Ce serait cool que tu partages tes impressions dans les commentaires juste en dessous.

Pourquoi pas mettre le lien de ton site pour que je puisse voir la qualité de texte passé au crible du détecteur ^^.

Si j’ai oublié certaines choses n’hésite pas non plus à me le faire remarqué.

 

Si devenir copywriter alors que l’on est une bille en Français c’est possible ?

Maintenant oui.

 

Julien Godart